Tous les articles taggés : Jardin

Abreuvoir à colibris anti-fourmis

Les colibris sont arrivés au Québec, selon ma soeur Pivoine. Pourtant, le printemps est encore froid et le soleil peine à réchauffer la terre. Les tulipes sont encore en boutons. Les fleurs de mon Magnolia Soulangeana attendent patiemment avant de nous livrer leur beauté. En ces beaux jours de mai, malgré les 3 degrés Celsius d’hier soir, ces petits oiseaux champions du battement d’ailes ont retrouvé leur chemin jusqu’à nous.

Potager en bac et banc de jardin

Au Québec, la mise en terre des semis et planter ses boutures au potager sont des activités réservées après la dernière pleine lune de mai. Est-ce une légende urbaine ou une superstition d’agriculteurs? En fait, attendre après la Journée nationale des patriotes (journée chômée, dernier lundi avant le 25 mai), c’est se donner plus de chance de succès, puisque les risques de gel sont à toute fin pratique terminés. Vous me direz que c’est tard au printemps…Vivre au Québec, c’est un peu çà, garder son manteau puis enfiler son maillot dans la même semaine.

Abreuvoir d’été – oiseaux

Après l’hiver vient de printemps. J’ai présenté les plans de l’abreuvoir d’hiver chauffant de mon cucurbitacée, en décembre dernier. Le constat est positif, nous avons eu beaucoup de succès avec nos amis aillés…et les écureuils! Pour le plaisir des amateurs de projets faciles, voici la version estivale qui peut servir à la fois de bain d’oiseaux et de fontaine.

Mangeoire en hauteur

Peu importe où ils se trouvent, les postes d’alimentation font l’objet de convoitise et les plus grandes cascades des écureuils et ratons-laveurs surpassent parfois notre imagination d’être humain. Y a-t-il un moyen de préserver les mangeoires des attaques répétées de ces petits quadrupèdes affamés? La réponse est oui. Voyez comment nous sommes sortis vainqueurs de cette lutte à finir!

Abreuvoir d’hiver – oiseaux

L’hiver est arrivé plus tôt que prévu cette année. Nous avons eu un mois d’octobre très gris (4 jours d’ensoleillement seulement), puis novembre s’est installé avec neige et grisaille. J’ai demandé à Cucurbitacé, mon ingénieur électrique de mari, de confectionner un abreuvoir chauffant pour nos visiteurs ailés. Il se trouve que les écureuils en profitent aussi…

Les oiseaux au jardin

L’environnement de la nouvelle maison est propice à l’observation de différentes espèces d’oiseaux. Située entre deux boisés protégés et une rivière, la nourriture y est abondante et les endroits pour s’y nicher également. Nous avons aménagé plusieurs mangeoires au fil du temps et installé une fontaine et un bassin où ils viennent s’abreuver et s’y baigner.

Mes premiers magnolias

J’ai toujours rêvé d’avoir un magnolia dans ma cour. J’adore ses grandes fleurs qui ont pris naissance l’année précédente sous forme de boutons. L’exotisme de leur contour me donne l’impression d’avoir un peu d’orient à proximité.  À l’automne, on peut anticiper la vue de l’on aura, l’abondance qui viendra, une fois le printemps venu. Il existe un très bon blog au sujet de l’origine de l’espèce: Le magnolia dévoile ses secrets. Je vous invite à le consulter sans réserve.

La facade de la maison

En façade, un grand tilleul trône au plein centre de la surface gazonnée. Le terrain fait une légère pente d’environ 3 pieds de dénivelé vers la rue. Une plate-bande, située à la partie droite de l’entrée et du balcon, débute avec un vieux physocarpus aurea. On y retrouve également: spirée (spirea), lavande (lavandula), hémérocalle (hemerocallis) jaune Stella de Oro, cèdre (thuya occidentalis) smaragd, caragné (caragna), genévrier rampant (juniperus horizontalis), une petite haie de lilas (syringa patula) Miss Kim, deux variétés de hostas à déterminer, trois hydrangés (hydrangea) Annabelle et un genévrier (juniper communis) qui est à son dernier été. Du côté gauche de l’allée centrale pour les voitures, un petit aménagement de graminées (calamagrostis overdam) et des hémérocalles (hemerocallis) rouges.

L’inventaire du jardin

Par où commencer? L’inventaire du jardin est la première étape pour réaliser un bon plan de match. Pour ce faire, nous avons la chance d’avoir une référence imbattable en la matière, une encyclopédie vivante qui connait toutes les plantes en latin…j’ai nommé Pivoine, ma grande soeur paysagiste. Certains privilégiés de la zone 5 ont eu recours à ses services, depuis plus de vingt-cinq ans. Je l’ai eue pour moi seule, l’espace d’un week-end. Sans compter tous les appels téléphoniques… Le meilleur conseil qu’elle nous ait donné: attendez au moins un an avant de planter quoi que ce soit, le temps de voir où se pose le soleil à chacune des saisons. Cela veut dire prendre conscience, à chaque saison qui passe, de ce qui sera réchauffé par le soleil ou assombri par les branches fournies d’un grand arbre. De la vue, de telle ou telle fenêtre, quand les feuilles ne seront plus là.

L’art du jardin – l’arrivée

Par un beau matin de décembre 2015, mon futur époux a trouvé notre maison sur le net. Quelques mois plus tard, nous avons emménagé dans ce petit paradis entre deux boisés, situé au coeur de Montréal. Le terrain de près de 9 000 pieds carrés avait été aménagé par la première propriétaire. Négligé depuis cinq ans, le jardin avait besoin d’amour…justement, les idées plein la tête, c’est ce genre de projet qui nous allume. Entre la découverte des végétaux et des espèces d’oiseaux qui passent ou qui nichent dans le coin, un univers complet s’ouvrait à nous.