Aventures

Maui- Plongée en apnée

Je ne suis pas reconnue pour mon courage physique. Vous ne retrouverez pas de saut en parachute, en chute libre ou autres activités vertigineuses dans le récit de mes aventures. L’eau n’est pas non plus mon amie. Je nage comme une roche et préfère nettement voir l’eau de la rive que sous mes pieds. J’ai déjà passé des vacances de Noël à Cuba sans me baigner une seule fois. Ce n’est pas pour me plaindre, mais pour vous démontrer que même devant un paradis de mer, je suis difficile à tenter.

J’ai donc pris mon courage à deux mains, avec l’aide du calme olympien de Cucurbitacée, et me suis lancée dans la belle aventure de la plongé en apnée. Avant notre départ pour Maui, Hawaï, nous avons fait l’achat de masques, tubas antiretour et palmes, dans une boutique spécialisée en plongée sous-marine. Nous étions donc équipés pour explorer les fonds marins, à notre arrivée sur la côte de Wailea-Makena.

Je recommanderais à tous ceux qui veulent débuter en voyage, de s’exercer en piscine avant de partir, pour gagner du temps et de la confiance. Trop d’hésitations sur comment installer son équipement, prévenir la buée qui se forme avant même d’avoir mis son masque à l’eau fait perdre un temps fou et confirme l’impression que ce n’est pas une bonne idée. Après avoir marché à reculons, les palmes aux pieds, il faut cultiver son zen et adapter le rythme de sa respiration au calme de l’eau pour éviter la panique et le manque d’air.

Heureusement, dans les accessoires de plage de notre gite, j’ai pu mettre la main sur une veste de sauvetage, comme on en retrouve sur les bateaux. Je n’ai donc pas plongé en profondeur, mais me suis contentée d’explorer la faune aquatique en surface avec une caméra à l’épreuve de l’eau. Cucurbitacée, agile comme un poisson, avait sa GoPro au bout d’un bâton télescopique.

À la première sortie, j’ai nagé avec une tortue. Farouche, elle ne se laissait pas approcher. Nous avons tout de même réalisé de magnifiques photos. J’ai été saisie d’une grande émotion de voir cet être bien vivant dans son habitat naturel. Une beauté inspirante par sa grâce et son agilité, compte tenu de sa taille et de l’immobilité de ses membres postérieurs.

Nous avons répété nos sorties chaque matin de notre séjour, lorsque le temps le permettait. Aucun regret de ma part, si ce n’est que de me demander quel genre de photos sous-marines j’aurais bien pu faire à Cuba, finalement!

thumb_p8050317_1024
Cette entrée a été publiée dans : Aventures
Avec les tags : , , , , ,

par

Après avoir pris conscience que trop d’énergie avait été investie dans sa carrière, Magnolia voit enfin venir le temps de lâcher son fou et d’explorer ses passions. C’est donc sans prétention qu’elle fait le récit de ses petits bonheurs au quotidien, avec son amour de cucurbitacée !